• eu

    Scrutin du 26 mai : Et si on parlait d’Europe ?

    Les prochaines élections européennes auront lieu dans les 27 Etats membres de l’UE du jeudi 23 au dimanche 26 mai. 705 députés européens seront élus. C’est un peu moins que les 751 eurodéputés élus en 2014.
    En France, c’est le dimanche 26 mai 2019 que les quelque 45,5 millions d’électeurs seront appelés aux urnes pour désigner leurs 79 députés européens. Soit 5 de plus qu’en 2014 en raison d’un rééquilibrage du Parlement européen opéré après le Brexit.

    L’échéance est importante. Primordiale même. Pour l’Europe et pour la France.

    A un peu plus de trois mois de l’élection, on met ce scrutin à toutes les sauces. En oubliant toutefois l’ingrédient principal : l’Europe ! Le résultat est une tambouille indigeste qui ne va sûrement pas inciter les Français à aller voter.
    Or, l’Europe mérite mieux que les tractations politiciennes qui se trament en coulisses.
    Déjà que l’élection européenne trouve traditionnellement peu de résonance dans notre pays. Lors des européennes de 2014, le taux d’abstention affichait 56,5% en France. Le signe d’un manque d’adhésion au projet européen, voire carrément d’un rejet de l’Europe par une proportion croissante d’électeurs français…
    Et que nous proposent les partisans d’Emmanuel Macron pour redonner de l’intérêt au scrutin européen ? Organiser un référendum le même jour ! On croit rêver. L’Europe est une chose suffisamment sérieuse pour ne pas diluer l’enjeu européen dans un référendum-opération de com’ de l’exécutif. On a bien compris qu’il fallait sauver le Président Macron ! Certes, mais laissons passer l’élection européenne !

    Dans les trois mois qui viennent, il faut donc parler d’Europe. Il faut faire la pédagogie de l’Europe. Il faut expliquer encore et toujours aux citoyens en quoi l’Europe est une chance. Un gage de paix et de prospérité.
    Car jamais notre continent n’a vécu aussi longtemps en paix que depuis que l’Union européenne existe. Construite en 1951, au lendemain de la seconde guerre mondiale, la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), l’ancêtre de l’Union européenne telle que nous la connaissons, a permis aux peuples européens de coexister pacifiquement et de commercer librement. On l’oublie souvent mais l’Union européenne, c’est près de 70 ans de paix ininterrompue ! Rien que pour cela, les peuples européens devraient se déplacer massivement aux urnes en mai prochain.

    Lire la suite

  • 51396390_10156804119327508_5109007497176285184_o

    Tempête Gabriel : Les équipes du Département de la Côte-d’Or mobilisées

    Alors que la tempête Gabriel, qui balaie le pays depuis deux jours, est arrivée en Côte-d’Or hier soir, une centaine d’agents du Conseil Départemental ont été sur le pont toute la nuit pour déneiger les routes départementales et assurer la sécurité des usagers.

    Ce mercredi matin, au Centre d’Information et de Gestion du Trafic (CIGT), j’ai suivi l’évolution des conditions de circulation sur les 5.800 km du réseau routier départemental et fait le point sur la situation, heure par heure.

    Depuis hier soir, les équipes, dont je tiens à saluer le professionnalisme, se relaient en continu pour déneiger les chaussées et rendre les conditions de circulation les plus acceptables possibles. Tous les agents disponibles sont mobilisés pour cet épisode hivernal important.

    Actuellement, la circulation est particulièrement difficile dans tout l’ouest de la Côte-d’Or, vers Saulieu et l’Auxois, et dans le Beaunois. L’est du département, la plaine dijonnaise et la plaine de Saône sont, pour le moment, épargnés.

    J’invite tous ceux qui doivent prendre la route à vérifier les conditions de circulation en se rendant sur le site https://www.cotedor.fr/inforoute.

    Les informations sont mises à jour en direct par les agents du CIGT, d’après les remontées du terrain et les alertes météo.

  • 50411473_10156786463037508_6520918510439235584_o

    #MichelinStar Une nouvelle étoile dans la constellation gastronomique de la Côte-d’Or

    Le palmarès 2019 du Guide Michelin, dévoilé aujourd’hui, lundi 21 janvier, met de nouveau la Côte-d’Or à l’honneur. Alors que notre département, terre de gastronomie, comptait 13 restaurants étoilés en 2018, ils sont désormais 14 à être distingués dans le millésime 2019 du célèbre petit guide rouge.

    14 restaurants étoilés mais 16 étoiles qui brillent dans la constellation gastronomique de la Côte-d’Or.

    Le Restaurant L’aspérule, à Dijon, décroche sa première étoile. Le restaurant du chef Keigo Kimura fait partie des 68 établissements qui remportent leur premier macaron en 2019.

    Pour le reste, c’est du classique et du talentueux ! Les 13 restaurants récompensés en 2018 figurent dans l’édition 2019 de la bible de la gastronomie.

    A tout seigneur, tout honneur ! Le Relais Bernard Loiseau, à Saulieu, et l’ Hostellerie du Chapeau Rouge, Restaurant William Frachot , du chef William Frachot, à Dijon, conservent leurs deux étoiles. La performance mérite d’être soulignée : on compte en effet moins de 500 restaurants deux étoiles de par le monde.

    Le groupe Bernard-Loiseau est triplement récompensé puisque Loiseau des Ducs, à Dijon, et Loiseau des Vignes, à Beaune, gardent leur étoile.

    Enfin, Chateau de Courban & SPA NUXE (Courban), Le Bénaton (Beaune), #LeCarmin (Beaune), Le Jardin des Remparts (Beaune), L’Hostellerie de Levernois (Levernois), Edem Edem (Chassagne-Montrachet), Le #1131 (La Bussière-sur-Ouche), Restaurant Stéphane Derbord (Dijon) et Auberge de la Charme(Prenois) conservent eux-aussi leur étoile.

    J’inviterai tous les lauréats côte-d’oriens du #Michelin2109 au Département de la Côte-d’Or lors de la prochaine session plénière, lundi 25 mars 2019. Pour leur dire la fierté de toute la Côte-d’Or de compter, avec eux, de véritables ambassadeurs de la gastronomie et du bien-vivre qui font la renommée de notre beau département.