• logoudi

    François HOLLANDE a préféré la désertion plutôt que l’humiliation

    Alors que ce quinquennat n’en finit plus de sombrer dans le ridicule et le pathétique, François Hollande a finalement rendu les armes.

    Après avoir convoqué les Français devant leur télévision à 20 heures, le Chef de l’Etat a tout d’abord déroulé un satisfecit hallucinant quand on voit la situation économique et sociale après presque cinq ans de gouvernance socialiste.

    Il a ensuite annoncé le plus solennellement du monde qu’il ne serait pas candidat à un nouveau mandat en mai prochain. Ce qui n’est pas vraiment une surprise après quatre ans et demi d’un quinquennat laborieux, qui a souvent viré au psychodrame, voire à la tragi-comédie.

    Car cette décision, aussi respectable soit-elle, n’efface pas cinq ans d’une politique catastrophique. Un bilan dont les candidats à la primaire de la gauche ne pourront pas s’exonérer. Le chômage a explosé, le climat social et économique n’a jamais été aussi mauvais, la République exemplaire promise par le candidat Hollande a sans cesse été polluée par les scandales politiques.

    François Hollande est désormais tellement impopulaire, tellement décrédibilisé, aux yeux des Français comme des sympathisants de son propre camp, qu’il aurait vraisemblablement été battu en se présentant à la primaire de la gauche.

    Pour éviter une humiliante défaite et surtout pour éviter de devoir affronter plusieurs de ses anciens ministres et de croiser le fer avec d’obscurs défenseurs de la gauche radicale, François Hollande a donc décidé de jeter l’éponge.

    Il a préféré la désertion plutôt que l’humiliation.

    Cette fuite en avant, cette Commedia dell’arte quasi-permanente, doivent servir de leçon à la droite et au centre.

    Maintenant que la gauche s’apprête à se déchirer et apparaît définitivement hors-sol, la droite et le centre doivent impérativement se rassembler derrière François Fillon pour proposer aux Français une alternative crédible au Front National.

    Alors que le Président sortant est hors-jeu, que la gauche est totalement déchirée et décrédibilisée, François Fillon apparaît comme le seul capable de faire barrage à l’extrême-droite. 

    Raison de plus pour que la droite et le centre se rangent sans tarder derrière François Fillon.

  • logoudi

    Appel à l’unité de l’UDI

    Nous n’avons pas tous fait le même choix au premier tour de la primaire de la droite et du centre, à l’UDI comme chez les Républicains.

    J’ai soutenu Nicolas SARKOZY au premier tour de la primaire. Hervé MORIN a soutenu Bruno LE MAIRE. Jean-Christophe LAGARDE a soutenu Alain JUPPE.

    Mais nous avons tous, au soir du premier ou du second tour, pris acte du formidable élan populaire qui porte aujourd’hui François FILLON et nous devons tous, à l’UDI, le soutenir sans ambiguïté. 

    La gravité de la situation économique et sociale est telle, aujourd’hui, qu’elle nous oblige à la responsabilité. Nous devons tous nous rassembler derrière François FILLON, le vainqueur incontestable de la primaire.

    Je lance donc un appel à l’unité de l’UDI et je dis à mon ami Hervé MORIN : On ne peut pas se proclamer « bâtisseur » et vouloir déconstruire la maison centriste.

    Est-ce qu’au moment où chacun doit se rassembler autour de notre candidat, nous allons donner, à l’UDI, le triste spectacle d’une nouvelle division ?

    Est-ce qu’au moment où François FILLON a bénéficié d’un large soutien populaire, nous allons nous interpeller sur la place publique pour des questions de pouvoir et d’ambitions personnelles?

    Est-ce qu’au moment où la droite et le centre n’ont jamais été en aussi bonne position pour incarner une alternance crédible, nous allons jeter le trouble chez nos militants par nos querelles de chapelles et les précipiter vers des candidats qui ne partagent pas nos valeurs?

    Ce que nous avons construit avec Jean-Louis BORLOO, et j’en étais, est trop précieux pour être abimé par des aventures individuelles. Quels que soient nos différends, la responsabilité nous oblige à garder le cap. L’unité de l’UDI est notre bien le plus précieux.

    Le temps du choix des hommes qui représenteront notre famille politique viendra. En attendant, ne prêtons pas le flanc à ceux qui comparent les centristes à des « grenouilles dans une brouette ».

    Rangeons-nous tous ensemble derrière François FILLON pour préparer l’alternance que réclament les Français.

  • logoudi

    Appel des jeunes UDI à la raison

    En ayant recueilli plus de 66% des suffrages au deuxième tour de la primaire, François Fillon a été plébiscité par le peuple de droite et du centre. Il est, depuis hier soir, son champion incontestable. 

    Aussi, j’ai été surpris de voir, ce matin, que plusieurs jeunes UDI appelaient à « marcher » derrière Emmanuel Macron.

    Je rappelle à tous ces jeunes que monsieur Macron se revendique clairement comme étant de gauche et qu’il était encore, il n’y a pas si longtemps, ministre de François Hollande et de Manuel Valls.

    Je rappelle également aux jeunes de l’UDI que monsieur Macron est l’instigateur de la politique économique de François Hollande depuis 2012. Avec les résultats glorieux que l’on connaît.

    Je rappelle enfin aux jeunes centristes tentés par la sirène Macron que droite et gauche ne font pas la même politique. Non, la droite et la gauche, ce n’est pas pareil. Dire cela, c’est faire le jeu du Front National.

    Je mets donc cette fronde sur le coup de l’impulsivité de la jeunesse. La passion l’a emportée sur la raison. 

    L’UDI a largement participé à la primaire qui s’est achevée sur un immense succès populaire. Certains de ses dirigeants ont soutenu Alain Juppé tandis que d’autres ont pris fait et cause pour François Fillon 

    Tous ont accepté les règles. Tous doivent en accepter le résultat.

    Maintenant que François Fillon a largement gagné l’élection, il est légitime. Il est incontestable. Sa victoire ne souffre d’aucune discussion et nous devons donc tous nous rassembler derrière lui pour mener le combat présidentiel qui s’annonce.

    J’appelle les jeunes UDI à ne pas se tromper d’adversaire et à entendre raison. Ne retombons pas dans les travers du passé. Ne cultivons pas les querelles de chapelles comme nous l’avons fait autrefois.

    Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI et soutien d’Alain Juppé, a d’ailleurs reconnu que François Fillon était « le candidat naturel de la droite et du centre à la présidentielle de 2017 ».

    Pour peser dans les discussions et pour rester crédible aux yeux des Français, le centre doit être uni. Le centre doit parler d’une même voix. Surtout, le centre doit se rassembler derrière François Fillon, champion incontestable et incontesté de la droite et du centre depuis dimanche 27 novembre.

    C’est seulement à ce prix que nous réussirons l’alternance en 2017.