• Voeux Precy

    Cérémonie des vœux de Precy-sous-Thil sous l’égide de son édile, Martine EAP-DUPIN

    Ce samedi 13 janvier 2018, je me suis rendu à la cérémonie des vœux de la mairie de Precy-sous-Thil. La présentation des vœux du Maire, c’est toujours un moment important : c’est à la fois un temps agréable, de réjouissance, de rassemblement, mais c’est aussi un temps où l’on fait le point sur l’année écoulée et les perspectives de cette belle année qui s’ouvre.

    C’est le moment pour les territoires ruraux, comme ici dans le Pays de la Thil, de se projeter dans le futur. Et notre rôle, au Conseil Départemental de la Côte-d’Or en tant que chef de file des solidarités humaines et territoriales, est de tout faire pour éviter les fractures territoriales et faciliter les réussites locales.

    Par exemple, le contrat AmbitionS Côte-d’Or, signé avec l’ancienne Communauté de Communes de la Butte de Thil en 2010, a permis la rénovation du gymnase dans lequel nous avons été accueillis pour cette cérémonie de vœux.

    Autre exemple, avec la nouvelle génération de contrat de développement territorial, les « Cap 100 % Côte-d’Or », nous poursuivons notre politique de contractualisation avec les intercommunalités afin de donner un nouveau souffle au développement des territoires.

    La Commune d’Appui de Précy-sous-Thil, je l’ai rappelé, peut d’ores et déjà contractualiser deux nouveaux projets au titre de ces contrats. En effet, les chefs-lieux de canton ont toujours joué un rôle structurant dans le territoire de nos 43 anciens cantons et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour maintenir leur animation.

    Car une commune comme Précy-sous-Thil pour notre territoire, ça compte !

  • SIVOM 2018

    Réunion des Maires du SIVOM d’Aignay-le-Duc

    Ce jeudi 11 janvier 2018, je me suis rendu à Etalante pour la réunion des Maires du SIVOM d’Aignay-le-Duc, afin de présenter aux 16 édiles de l’ancien canton d’Aignay la politique du Conseil Départemental de la Côte-d’Or en matière de voirie et d’aide aux communes.
    Dans un contexte institutionnel particulièrement difficile pour les collectivités, le Département reste le premier partenaire des Communes pour leur permettre d’investir, dans les routes notamment.
    Au total, les investissements routiers constituent notre premier poste de dépense en matière d’aménagement du territoire, pour un montant total de 37 M € en 2018. Je l’ai réaffirmé à Etalante : les routes resteront une dépense sanctuarisée.
    C’est pourquoi les campagnes 2016, 2017 et 2018 de notre Programme de Soutien à la Voirie (PSV) ont permis l’attribution de 212.000 € dans le périmètre du SIVOM d’Aignay-le-Duc.
    Le PSV, c’est donc la possibilité pour les Communes d’être accompagnées efficacement par le Conseil départemental, qui se tient toujours aux côtés des Maires volontaires.
  • Capture d’écran 2018-01-09 à 07.45.16

    Réunion de travail avec Nicolas Lacroix, Président du Conseil départemental de Haute-Marne

    J’ai reçu, Nicolas Lacroix, qui a succédé à Bruno Sido à la présidence du Conseil départemental de Haute-Marne en novembre dernier.

    Pour cette première réunion de travail, il s’agissait d’évoquer les dossiers que nous pourrions porter ensemble au niveau national et de faire le point sur les sujets communs aux conseils départementaux de la Côte-d’Or et de la Haute-Marne.

    Au niveau national, nous avons tout d’abord abordé les conséquences de la loi NOTRé sur le fonctionnement de nos collectivités locales. Même si les récents bouleversements législatifs ont eu pour conséquences de priver les Départements de plusieurs de leurs compétences, nos collectivités ont été confortées dans leur rôle de chef de file en matière sociale et d’animation territoriale. Surtout, les modifications institutionnelles ont remis les Départements au centre du jeu, les imposant comme un maillon essentiel, entre les métropoles et les grandes régions.

    En Haute-Marne comme en Côte-d’Or, le Conseil départemental demeure un acteur de proximité indispensable pour accompagner les communes dans leurs missions du quotidien.

    Nicolas Lacroix et moi-même sommes également sur la même longueur d’ondes en ce qui concerne la volonté de l’Etat de « contractualiser » avec les Départements. Avec le retour d’une forme de tutelle de l’Etat, c’est le principe constitutionnel de libre-administration qui est menacé. Nous ne l’accepterons pas.

    Nous avons également fait un tour d’horizon des dossiers communs à nos deux collectivités en évoquant plusieurs sujets qui pourraient faire l’objet de travail en commun entre nos deux institutions. Sur le dossier du futur Parc national de feuillus entre Bourgogne et Champagne, nous avons décidé de nous revoir rapidement avant les importantes échéances de ces prochaines semaines. L’objectif étant de parvenir à une position commune sur ce beau projet structurant et créateur de richesses, qui ne pourra pas se faire contre les acteurs de nos territoires.